L’édition scientifique en linguistique (2): faire publier sa thèse

Suite de notre parcours de l’édition internationale en sciences du langage. La première partie est ici et la dernière, .

2. Pratiques éditoriales.

 Dans la continuité du petit exposé précédent, nous allons « faire travailler » les acteurs déjà décrits et étudier les modalités d’interaction avec eux.

2.1. Faire publier sa thèse en linguistique

 Imaginons le cas d’une jeune linguiste ayant tout juste fini son doctorat en linguistique anglaise ou générale, qu’on appellera Lol V***. Pour la linguistique française, allemande ou slave, il existe quelques petits éditeurs de niche avec qui l’échange se fait selon des modalités différentes, y compris selon l’entregent du directeur du thèse ou des membres du jury ; la demande de subvention (cf. infra) reste toutefois un impondérable.

 Lol veut faire publier sa thèse. Pour cela il lui faut un éditeur, et elle va naturellement se tourner vers les maisons qui ont publié l’essentiel des textes qu’elle a cités dans sa bibliographie : Oxford UP, Cambridge UP, Wiley-Blackwell, et bien sûr les « Big Two », Benjamins et De Gruyter. Pour ce qui est des trois premières maisons citées, l’affaire sera vite close : indépendamment du fait que Lol ne recevra vraisemblablement aucune réponse, Oxford ou Cambridge ne publient en principe pas de thèses, sauf cas exceptionnel qui ne passent de toute façon pas par une demande du jeune docteur, mais plutôt par un contact personnel direct.

 Imaginons que notre jeune linguiste ait un scrupule à se tourner directement vers les deux éditeurs légendaires.

Elle tente alors une autre maison (il y en a beaucoup, qu’on ne nommera pas ici – imaginons pour les besoins de la cause un Paul Gross International Publishing, Zurich/Paris/Boston), remplit un formulaire d’une page sur le site internet avec un résumé de sa publication en dix lignes, et reçoit très vite, parfois une heure plus tard, un mail lui annonçant qu’après examen attentif, le comité scientifique de la maison, séduit par son projet, accepte de la publier moyennant une subvention de 2500€ de son université de rattachement dans le meilleur ces cas – et dans le pire, 3000 à 3500€ en sus d’un engagement d’achat de 7 ou 8 exemplaires afin de porter la subvention réelle à un niveau supérieur à ce qu’autorise l’université de rattachement (les universités françaises, dans un effort louable de juguler ce genre de pratiques, fixent un seuil de subvention situé généralement aux environs d’un tiers du coût de production global ; un tel engagement d’achat permet de contourner l’interdiction en faisant payer à l’auteur la différence afin d’atteindre un seuil de 40%). Dans bien des cas, les pratiques éditoriales sont moins extrêmes : l’éditeur peut avoir créé des collections avec un comité scientifique dont les membres se chargent d’assurer les contrôles scientifiques nécessaires. Parfois la collection en question est en fait un regroupement d’intérêts permettant aux membres du « comité scientifique » de publier sans contrôles leurs ouvrages sans avoir à publier hors collection, ce qui serait généralement tout de suite interprété en des termes peu flatteurs par les collègues qui liraient une liste de publication comprenant plusieurs items de ce type. A bien des égards, ce type d’édition « scientifique » est en fait une variante de l’édition à compte d’auteur, fort justement nommée Vanity Press dans les pays anglo-saxons.

 Si l’on se place dans le cas extrême, celui de l’éditeur « scientifique » répondant immédiatement à une demande sans avoir lu le texte pour demander une subvention massive dans la perspective d’une vente à un prix prohibitif, on peut ici se demander quelle est la différence entre un telle maison et les supposés « prédateurs » dénoncés ici ou là (à juste titre) comme des brebis galeuses, et dont il est permis de penser qu’ils ne font qu’exploiter un peu plus ouvertement le même filon, en faisant passer pour de l’édition scientifique un travail se réduisant à l’impression de travaux jamais relus – l’exemple classique de ce dernier modèle étant les « éditions » VDM (c’est leur vrai nom, en tout cas c’est le principal, au milieu d’une dizaine d’autres), dont le fonctionnement est bien expliqué ICI.

Avantages de l’Empire du Mal

Découragée d’avoir affaire à de tels interlocuteurs, Lol décide alors de faire allégeance à ce qu’il y a peu elle aurait encore qualifié d’Empire du Mal : elle remplit le formulaire mis à disposition sur le site de Mouton de Gruyter, qui implique de transmettre un véritable dossier de candidature. Reconnaissons-le : ce point plaide pour de Gruyter, comme plus généralement les nombreux détails sur les procédures éditoriales fournis sur le site web de l’éditeur, mais aussi les interventions des éditeurs de Mouton sur ces questions en marge des grandes conférences où il est toujours possible de s’entretenir avec eux d’un projet avant de faire formellement acte de candidature. Cette relative transparence explique aussi que je présente plutôt cet éditeur-là que Benjamins : il est tout simplement plus facile d’obtenir des renseignements sur De Gruyter.

Dans son dossier de candidature, Lol va devoir indiquer quelles collections seraient selon elle susceptibles d’accueillir l’ouvrage, mais aussi indiquer des relecteurs potentiels, faire la liste des ouvrages concurrents… elle obtiendra sous quelques semaines un premier avis basé sur l’opinion des éditeurs de De Gruyter et des responsables des collections en question. Commencera alors la finalisation du manuscrit (on se place dans l’hypothèse où la refonte de la thèse en monographie a été faite en amont ; on peut aussi y procéder pendant le processus éditorial, de concert avec De Gruyter ; quand on leur en parle, les éditeurs insistent sur le fait que le candidat doit leur préciser quel est le statut du tapuscrit qui leur a été transmis et conseillent fortement aux candidats de venir les voir en marge d’un congrès pour évoquer leur travail avant de faire acte de candidature).

 Une fois tous les protagonistes d’accord, Lol devra produire seule le document final (camera-ready copy), en achevant de réécrire sa thèse mais aussi en faisant seule tout le travail typographique pour ne pas avoir à payer l’indemnité typographique (2000€ au moins pour une monographie). Ensuite, le document final partira à l’examen auprès des relecteurs. Si tout se passe bien, un an environ après le premier contact, l’ouvrage sera disponible à la commande sur le site de Mouton, et arrivera dans les bibliothèques abonnées à la collection.

Pour ce qui est des tarifs de vente et des conditions de diffusion liées à une publication chez De Gruyter ou Benjamins, on se reportera à la première partie de cet exposé. Relevons que De Gruyter ne demande pas de subvention si l’auteur s’engage à transmettre un document prêt à l’impression et mis en page selon des feuilles de style qui lui seront transmises. Il s’agit d’une évolution récente et perceptible dans les propos des interlocuteurs, qui vis-à-vis des doctorants sont clairement passés en quelques années de « nous demandons une subvention pour la typographie, à moins que vous vouliez vous en charger » à « nous ne demandons pas de subvention, à moins que vous ne nous disiez ne pas être capables de faire la typographie vous-mêmes ». Ce point est particulièrement intéressant pour des jeunes docteurs qui le plus souvent sont amenés à quitter le laboratoire où ils ont fait leur thèse, sans que leur nouvelle équipe (pour autant qu’il y en ait une) soit nécessairement disposée à financer la publication d’une monographie conçue ailleurs, notamment dans le contexte actuel de crise des financements.

 Un peu de mauvais esprit

 Allons maintenant chercher le diable : Qu’a fait l’éditeur qui justifie le prix de vente ?

Pas la typographie, puisqu’elle est soit couverte par une subvention, soit assurée par l’impétrant lui-même (Oxford, par exemple, refuse strictement de déléguer les questions de mise en page aux auteurs); pas le contrôle scientifique, puisqu’il est l’oeuvre du comité de lecture de la collection ; pas la diffusion, puisqu’elle est sous-traitée (quand le prestataire de service ne fait pas faillite, comme c’est arrivé en septembre pour SWETS international, le leader mondial de la diffusion et de la gestion d’abonnements pour les bibliothèques universitaires). Pas l’impression, puisqu’elle est à la demande et que l’epub est au même prix que le document papier. Dans certains cas, mais pas tous, loin de là, un certain travail de conseil et d’accompagnement peut être reconnu… à ce détail près qu’il peut aussi bien être le fait du directeur de la collection si celui-ci fait son travail (ce qui est un autre problème!).

On retombe sur les faits déjà évoqués : les taux de profits gigantesques de certains éditeurs sont finalement la meilleure preuve de l’écart entre le prix de vente et le coût de production. On peut noter en particulier que le prix de vente à la page chez LangSci Press est un tiers de ce qu’il est chez Mouton, la moitié de ce qu’il est chez Peter Lang, pour un contrôle scientifique et un engagement éditorial du niveau de ce qu’on trouve chez Benjamins ou Mouton.

 C’est dans ce contexte que les indices, facteurs d’impact etc. prennent toute leur importance de dispositif de conservation, de contrôle et même de coercition dans un contexte de concurrence exacerbée et de pénurie de postes : selon le fameux dicton, on publie pour ne pas périr, c’est-à-dire qu’on publie là où le facteur d’impact est le plus grand. Or le facteur d’impact est le plus grand là où le plus d’auteurs réputés ont publié, publient et dirigent des collections. Le caractère circulaire de ce système de valeurs est clair : on est dans une logique de fructification d’héritages, et le grand handicap de LangSci Press par rapport à Mouton notamment, c’est le poids du passé qui confère aux acteurs dominants du marché présent un avantage pour l’avenir. La réputation est une rente, notamment du point de vue des jeunes chercheurs, qui ont de plus en plus besoin de donner des gages « d’excellence » pour sauver leur place dans le monde de la recherche. Pris en bloc, les nouveaux entrants et les dominés, tous critiques qu’ils soient généralement dans le discours, sont comme souvent les plus légitimistes dans leurs pratiques. Ceux qui vont s’affranchir des règles sont ceux qui ont acquis tous les atours de la légitimité et dont il est reconnu qu’ils pourraient respecter ces règles s’ils le voulaient. Dans notre cas, cela signifie que c’est Martin Haspelmath qui se fait le héraut de l’open access et de Language Science Press, ici, ou , en tandem avec Stefan Müller.

Pour aller plus loin:

Faire publier sa thèse chez de Gruyter, par de Gruyter.


P.-Y. Modicom

Docteur en linguistique allemande

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.