Paysage éditorial en sciences du langage (3): Quel Open Access pour demain?

Suite et fin de la série de posts sur le paysage éditorial en linguistique. Les épisodes précédents sont ici et .

Le modèle socio-économique actuel de l’édition en sciences du langage ne semble donc pas satisfaisant du point de vue des jeunes linguistes – même si en fait c’est le modèle socio-économique de l’édition scientifique en général qui n’est guère satisfaisant… pour tous les chercheurs. On pourra s’en faire une idée en se reportant à cette tribune de Rue89 ou à ce blog d’un bibliothécaire d’université à Toronto.

 

 1. un modèle en crise

Les bibliothèques actuelles n’ont plus les moyens de s’abonner à la fois à toutes les collections jusqu’à présent réputées pertinentes. En particulier, la politique des abonnements groupés forcés est de plus en plus décriée, et certains institutions respectables ont commencé à rompre leurs contrats avec les majors. Il peut s’agir de bibliothèques universitaires faisant le pari de rendre publique la résiliation de leurs abonnements, d’universitaires faisant savoir qu’ils boycotteront tel ou tel éditeur (Elsevier par exemple) ou de gouvernements qui pour des raisons plus ou moins sympathiques (application à la recherche de clauses d’austérité budgétaires auto-imposées) ont au moins la présence d’esprit de faire peser l’effort sur ceux qui contribuent le plus scandaleusement au pillage des fonds publics alloués à la recherche. Pour prendre un exemple récent (2013), dans le contexte de crise majeure connu actuellement par les universités québécoises, l’Université de Montréal a résilié ses abonnements auprès de Wiley-Blackwell et s’en est revendiquée.

Comme le relevait Martin Haspelmath lors d’une communication en septembre dernier, nous écrivons pour être lus et engager la discussion avec nos collègues, pas pour toucher des royalties. Ce dont nous avons besoin, c’est d’accéder aux textes des autres, pas de toucher des droits d’auteur pour les nôtres – sous réserve bien sûr d’être payés pour notre travail, ce que les universités font encore généralement ; mais le jour où cela ne sera(it) plus le cas, il n’y aura(it) plus non plus les moyens pour payer les subventions de publication, ni pour financer les recherches accessoirement censées donner lieu aux résultats à publier (on laissera au lecteur le soin de choisir entre présent, futur et conditionnel, selon son statut, son pays d’exercice, le point précis dont il s’agit, et le cas échéant ses opinions politiques).

En un sens, et contrairement à ce que j’écrivais précédemment, les classement de l’ERIH, les politiques d’évaluation et les outils bibliométriques peuvent jouer contre le système en place : si l’on fait du nombre de citations un critère d’évaluation, pour le chercheur désireux de ne pas être exclu du champ académique en rétraction, il devient important de publier sur des supports facilement agrégés par des outils comme google scholar ou microsoft research, ou à tout le moins sur des pages qui soient repérables par les moteurs de recherche et aisément accessibles – de ce point de vue, academia ou ResearchGate sont des outils au moins aussi importants que les maisons d’édition (on peut aussi penser aux archives ouvertes comme HAL en France ou arxiv pour les sciences naturelles au niveau international); l’autre solution, au moins aussi fréquente, consiste à envoyer discrètement et massivement le pdf de l’article ou de la monographie par courriel à ses contacts ; dans tous les cas, on est amené à prendre des libertés avec la propriété intellectuelle, une notion qui dans le cas de l’édition scientifique fonctionne au bénéfice exclusif des éditeurs tirant des profits considérables de l’énergie dépensée par d’autres sans être rémunérés pour leurs résultats. Dans un certain nombre de cas, les acteurs déjà arrivés en position dominante du système de la recherche commencent d’ailleurs à diffuser leurs textes presque exclusivement sous des formats « non-canoniques », qu’il s’agisse de pdf isolés mis à disposition sur leur site ou de working papers de leur institut (tous ceux qui travaillent sur la structure informationnelle ont déjà vu le site de Manfred Krifka ; aucun texte dans ce domaine n’a été autant cité que son bréviaire de 2006, paru dans d’obscurs Working Papers ; mais Krifka n’est pour ainsi dire plus évaluable). On peut (et on doit) malheureusement relever qu’à l’inverse, ces scientifiques au sommet de la pyramide sont aussi les plus à même d’occuper la position de directeurs de collection(s) de grands éditeurs, la seule où un scientifique peut espérer gagner de l’argent et du pouvoir non pas malgré mais grâce aux éditeurs – un fait à garder en tête lorsqu’on lit certaines prises de positions résolument hostiles au principe même de l’open access…

Aujourd’hui, certains éditeurs lâchent du lest et autorisent la diffusion des versions préliminaires des textes (John Benjamins), le cas échéant après une période de latence (deGruyter). Il s’agit en fait d’une tentative de jouer sur les deux tableaux, solution naturelle à la contradiction des différents indicateurs d’évaluation : les revues fournissent leur facteur d’impact et leur classification en héritage, la diffusion sous le manteau des articles permet de faire fructifier cet héritage, notamment en termes de facteur d’impact et de bibliométrie « quantitative ». On peut se demander jusqu’où une telle solution est viable, dans la mesure où elle rend d’autant plus intolérables les prix des éditeurs, puisqu’on n’a plus besoin d’eux pour trouver les articles à citer ou pour les diffuser (selon qu’on se place du point de vue du lecteur ou de l’auteur) ; la version publiée sur papier ou dans une revue en bonne et due forme apporte simplement une caution préliminaire et conserve généralement le privilège de la citation si l’on a à sa disposition plusieurs versions du texte que l’on veut citer. D’un point de vue coercitif, elle est celle sur laquelle va se baser l’évaluation. Autant dire que dans un modèle mixte, le texte en accès restreint n’est que le support des pressions socio-managériales dans ce qu’elles ont de plus conservateur et problématique pour le développement de la recherche.

D’autres éditeurs, ou les mêmes, promeuvent le « Gold Open Access » : l’auteur paie (très cher) pour que son article (le système n’existe pas pour les ouvrages complets) soit rendu accessible gratuitement sur les portails numériques des éditeurs. Sur le papier, on pourrait y voir une variante plus saine de la politique de publication subventionnée : la diffusion du texte ne fait l’objet d’aucun restriction, c’est donc exactement le même document que l’on peut trouver partout et qui est référencé sur les moteurs de recherche, sans que l’auteur ait à renoncer au surcroît de légitimité accordé par le format initial de la publication dans une revue. Le revers de la médaille est que l’indemnité à verser à l’éditeur est à la hauteur du manque à gagner pour lui, et que compte tenu des prix de vente des revues paraissant sous ces enseignes, la somme en question est considérable. En pratique, c’est en centaines d’euros que se compte la mise en open-access d’un article. Financièrement, le modèle author-pay n’est donc pas tenable pour les chercheurs, même s’il semble qu’il le soit pour les éditeurs, ce qui n’est pas forcément bon signe. On voit même apparaître des revues, voire des éditeurs, qui ne fonctionnent que sur ce modèle (De Gruyter a créé une filiale dans ce domaine). On parle parfois d’ « Open Access prédateur » (predatory Open Access) dans le cas d’éditeurs présentant des factures exorbitantes le plus tard possible sans avoir véritablement prévenu de leurs conditions des auteurs un peu naïfs et qui font dès lors l’objet d’intimidations et d’un harcèlement par mail. Ces éditeurs « prédateurs » sont listés ici, même si on doit garder en tête que Beall (l’éditeur du blog) est un adversaire de principe de l’Open Access tout court, qu’il lui est arrivé de décrire comme une manifestation typiquement européenne d’égalitarisme borné, contre le modèle d’excellence promu par les éditeurs traditionnels. On peut aussi se reporter à cet article sur le site de la BU de Manchester.

La forme la plus radicale du modèle author-pay est celle des méga-revues dont Haspelmath propose une analyse convaincante ici. Le principe est celui d’une systématisation revendiquée (et de ce fait rendue licite) des pratiques de l’Open Access prédateur : relâchement voire fin des contrôles scientifiques, paiement de la publication par l’auteur, et la main invisible fera le reste pour ce qui est de l’évaluation, puisque le trafic sur le site et les retours des lecteurs livreront d’eux-mêmes la base nécessaire à l’évaluation, strictement quantitative. On voit bien ici les limites qu’il y a à vouloir enrôler la bibliométrie et les institutions contrôlant la mise en concurrence des chercheurs dans une entreprise de contournement des circuits éditoriaux classiques : cela débouche très vite sur un système au moins aussi absurde… notamment à une époque où, comme le relève justement Haspelmath dans le texte cité plus haut, les clics s’achètent comme les amis facebook – autant tout poster sur academia et compter les clics.

 

3.2. La solution : un Open-Access totalement entre les mains des auteurs ?

 

On l’aura compris, le terme d’Open Access recouvre tout et n’importe quoi, y compris des choses qui n’ont rien à avoir avec l’idéal de diffusion non-commerciale du savoir de pointe ; le groupe VDM, déjà évoqué dans la deuxième partie, se targue ainsi parfois de s’inscrire dans ce projet. Il n’en demeure pas moins que l’Open Access véritable constitue une réalité importante des nouvelles pratiques de la recherche et qu’il se structure en un véritable mouvement avec ses plateformes et ses réseaux, en lien étroit avec des projets participatifs ou des programmes de partage comme le système des licences Creative Commons ou les réseaux de promotion des logiciels libres. Par exemple, en France, les militants de framasoft ont monté sur pied un projet « framabooks » et participent activement aux débats sur l’Open Access.

Pour ce qui est des revues, nous avons vu dans la première partie que le mouvement était déjà bien amorcé et que nous étions libres de choisir de nous y inscrire ou non. La grande question est maintenant de savoir si des équivalents existent pour les livres.

 

À ce stade, le seul projet qui (à ma connaissance) ait atteint quelque envergure est celui déjà cité, Language Science Press, porté notamment par Stefan Müller et Martin Haspelmath.

Ce projet n’est pas la première initiative de Haspelmath et Müller (et d’autres) ; il s’inscrit dans la continuité d’efforts comme les Leipzig Glossing Rules (le premier standard international pour les gloses interlinéaires), la Unified Style sheet for Linguistics, une tentative salutaire d’unifier les feuilles de style des bibliographies en linguistique ; il est significatif que la plupart des sociétés savantes internationales se soient ralliées à ce standard, ainsi d’ailleurs que de nombreuses universités et des revues en Open Access… tandis que les revues traditionnelles patronnées par les éditeurs traditionnels renâclent (pour mémoire, la revue ELIS a adopté la feuille de style unifiée des linguistes). Le lien entre l’entreprise de standardisation de notre matériau entre pairs et l’Open Access se fait par l’idée d’une auto-organisation des chercheurs, qui est inséparable du mouvement pour l’Open Access (en ce sens, Beall a raison) à la fois au niveau idéologique et sur le plan le plus technique, en ce qu’une telle entreprise implique la réappropriation par l’ensemble des chercheurs des outils de production d’un article. De même, si l’Open Access est par définition un mouvement de dé-centralisation de la production et de l’évaluation du savoir, puisque c’est aussi un mouvement de diffusion, il ne doit pas prendre la figure d’une atomisation désordonnée et implique des standards communs garantissant la lisibilité des textes… et leur visibilité, d’où le caractère indispensable des bases de données comme le DOAJ ou, à un moindre niveau, des sites de veille scientifique.

 

Pour les promoteurs de ces standards autogérés, la question du support éditorial devait donc naturellement se poser tôt ou tard, et LangSciPress est une tentative de réponse à ces défis. L’idée est de monter une maison d’édition totalement autogérée par les scientifiques (scholar-owned). Les chercheurs et enseignants engagés dans le mouvement relisent les travaux exactement comme ils le font pour des maisons d’édition, avec l’idée qu’à terme cela ne devrait pas forcément demander beaucoup plus de travail que de diriger une collection (ce qui est déjà beaucoup). Les auteurs disposent des patrons LibreOffice / Open Office ou LaTeX pour produire des documents traitables, les pdf sont ensuite simplement mis en ligne et téléchargeables par tous gratuitement. L’impression, uniquement à la demande, est déléguée à un imprimeur commercial allemand pratiquant des prix très faibles.

Le projet en est actuellement à sa phase de lancement et bénéficie d’une subvention pluriannuelle considérable de la DFG (l’équivalent allemand du CNRS) ; en principe, lorsque la subvention sera épuisée, LangSci Press se sera dotée d’un éventail suffisamment large de collections et de relecteurs et aura rodé son système de feuilles de style et autres modèles pour les auteurs, idéalement il devrait être possible pour la maison de fonctionner à moindres coûts (l’idée est qu’un poste d’assistant de recherche [Wissenschaftlicher Mitarbeiter] financé par la chaire d’un des coordinateurs du projet pourrait suffire). Le premier ouvrage ayant été porté sur les fonts baptismaux il y a moins d’un an, il est encore beaucoup trop tôt pour savoir comment LangSciPress évoluera.

Si ce projet fonctionne, outre qu’il créera un précédent, il sera de nature à bousculer toute la hiérarchie, puisqu’on aurait un troisième éditeur susceptible de venir concurrencer Benjamins et De Gruyter sur leur terrain. Le principal obstacle est pour l’instant la question du prestige et du facteur d’impact. Afin d’accélérer l’évolution en faveur du projet en contrecarrant la dynamique de l’héritage, la politique suivie actuellement consiste à inviter des auteurs connus pour lancer la dynamique.

 

LangSci Press n’est pas pour autant la seule initiative recensée dans le domaine des livres, loin de là. En France, le débat sur l’Open Access s’inscrit dans une réflexion globale sur la réappropriation par les scientifiques et les citoyens de leurs outils de production.

Les projets les plus immédiatement implémentables sont ceux patronnés par le consortium OpenEdition, qui supervise revues.org, hypotheses.org, mais aussi openedition.org, où des éditeurs universitaires peuvent lancer et entretenir des collections en Open Access. Parallèlement, un site d’organisation de colloques comme sciencesconf.org permet d’éditer directement les actes sur la plateforme. Le même centre du CNRS, le CCSD, supervise par ailleurs HAL et TEL et est engagé dans le projet episciences, qui croiserait les modèles de HAL et de revues.org.

 

En marge du débat sur le boycott d’Elsévier par le mathématiciens, il a pu être proposé, ici par exemple, de transformer des sites de dépôt comme Arxiv pour en faire un système d’archives 2.0 couplé à une multiplication des classements parallèles et ouvertement partiels mais basés sur la lecture des articles (activité qui n’entre finalement guère en ligne de compte dans les activités des organismes d’évaluation), de façon à transformer le peer-reviewing en une activité transparente, ouverte, permanente et réciproque. A charge ensuite pour des éditeurs de revues en ligne désireux de s’associer à ce mouvement de reprendre dans leurs collections publiques, gratuites et ouvertes les publications qui les intéressent – les revues devenant de ce fait des portails de veille et d’évaluation en même temps que des mini-bibliothèques. Un tel système est intéressant, certainement mais utopique mais peut servir de base à la réflexion. Ce qui est sûr est que ces tentatives de construire des nouveaux systèmes de publication entre les mains des universitaires ne sont pas compatibles avec les standards d’évaluation promus par certaines institutions.

 

La France se trouve ici dans une situation particulière: son université est en ce moment et sans doute pour longtemps dans une situation de disette financière qui rend le système des abonnements groupés particulièrement scandaleux ; son système d’édition universitaire repose largement sur des pratiques publiques, para-publiques voire dans certains cas (presque) autogestionnaires (ce fut le cas des PUF) en marge du système international, ne serait-ce que pour des raisons de langue… et de doctrine pour ce qui est des sciences du langage. À part les formalistes, qui sont d’ailleurs souvent parmi les plus engagés pour l’Open Access, le gros des linguistes français non-francisants (et encore) va achever de perdre toute visibilité internationale s’il n’épouse pas de nouvelles techniques de diffusion. La question est dès lors de choisir entre se convertir aux vertus de l’oligopole des majors ou à celles de l’Open Access. À changer pour changer, on peut essayer de choisir le camp qui semble promis au meilleur avenir.

(P.-Y. M.)


P.-Y. Modicom

Docteur en linguistique allemande

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.