L’édition internationale en sciences du langage : un bref panorama

Paysage éditorial en linguistique et enjeux de l’Open Access (1)

Communication discutée lors de l’atelier du 23 octobre. La suite (très largement développée par rapport à la communication du 23), est ici et .

 Dans le contexte actuel en France et plus encore l’international, publier (le verbe est alors généralement employé sans complément) fait figure d’impératif pour les chercheurs, et notamment pour ceux d’entre eux qui n’ont pas d’emploi fixe dans le monde de la recherche. Plus généralement et pour qui voudrait concevoir sa pratique en-dehors de son cadre socio-économique, le fait est que la recherche est d’ordinaire conçue pour être diffusée, et que laisser une trace écrite publique de ses travaux est normalement l’un des moyens les plus simples et les plus naturels d’y parvenir. Dans la mesure où pour l’instant les chercheurs ne sont que très rarement leurs propres éditeurs (et imprimeurs si l’on se place dans le cas d’une édition papier), il importe donc d’avoir une vue rapide du paysage éditorial dans lequel on souhaite évoluer, mais également de ses problèmes, de ses perspectives d’avenir… et d’autres options possibles. C’est l’objet de ce qui va suivre. Je commencerai par présenter rapidement les forces en présence, avant de présenter un cas particulier plus directement pertinent pour des jeunes linguistes (la publication d’une thèse en sciences du langage). La troisième partie sera plus polémique et centrée sur la question de l’Open Access.

 

1. L’édition internationale en sciences du langage : un oligopole?

 

La situation n’est pas tout à fait la même selon qu’on parle des revues ou des « livres », par quoi on entend les monographies et recueils collectifs. La chose est d’autant plus intéressante que beaucoup de revues fonctionnent au moins en partie sur le modèle des numéros thématiques, tandis que beaucoup d’éditeurs ne publient que dans des collections dirigées par un éditeur scientifique. Parallèlement, les revues peuvent avoir des collections de suppléments (companion series), qui sont alors considérées comme des collections éditoriales de plein droit. Malgré cela, les rapports de force entre acteurs du marché de l’édition en linguistique diffèrent sensiblement.

1.1. Revues

Pour ce qui est des revues, on retrouve tous les grands acteurs de l’édition internationale en sciences, et en particulier en SHS. À titre d’échantillon, fortement biaisé au profit des acteurs dominants (mais c’est justement ce qui rend les résultats plus lisibles), on peut se concentrer sur les 96 revues ayant (vague 2011) ou ayant eu (vague 2007) la note maximale INT1 dans les classements de l’ERIH sur les listes qui circulent encore ici ou là – le site de l’ERIH ayant été refondu, les listes officielles autrefois exhibées sur la place publique sont actuellement plus difficiles à trouver. Sur cet échantillon, on peut distinguer en quatre groupes: d’une part, Mouton / de Gruyter (13 revues) et John Benjamins (7), deux éditeurs dont la linguistique est un coeur de métier (Mouton n’éditait que de la linguistique avant d’être absorbé par De Gruyter, et Benjamins, qui n’est actif qu’en SHS, reste fortement concentré sur les sciences du langage). Viennent ensuite les presses universitaires anglo-saxonnes est considérable : prises en bloc, les presses universitaires autres qu’Oxford et Cambridge seraient le premier éditeur mondial avec 19 revues (contre 11 pour Cambridge University Press et 4 pour Oxford). Malheureusement, il faut noter que cette position de force va de pair avec un flagrant manque d’engagement pour l’Open Access. Ces maisons, ainsi d’ailleurs que certaines majors comme Springer, privilégient le recours à des bases payantes comme Jstor ou Ebsco, auxquelles des éditeurs comme deGruyter ou Benjamins ne participent pas. Le troisième groupe est celui des grands éditeurs privés : Springer (8 revues), Wiley-Blackwell (8), SAGE (5), et bien sûr Elsevier (9), qui fait figure avec Springer de symbole de l’édition scientifique globalisée avec son cortège de pratiques qu’il serait tentant de qualifier de confiscatoires. La linguistique ne pèse pas grand-chose pour ces éditeurs, mais l’inverse n’est pas vrai, puisque leur portefeuille comprend les revues papier les plus prestigieuses du champ formaliste : Lingua, Linguistic Inquiry, Natural Language and Linguistic Theory…. Les pratiques de certains de ces éditeurs voisinant au racket et ayant conduit il y a quelques années certains mathématiciens à lancer une campagne de boycott concernent donc aussi les linguistes. Le dernier groupe est celui de petits éditeurs privés actifs dans plusieurs domaines mais ne figurant dans le champ de l’édition en linguistique que sur des créneaux très spécialisés : Karger (en phonétique), Armand Colin (en linguistique française, qui via sa participation au portail Persée est un bon élève de l’Open Access)…

Dans l’ensemble, force est de constater que cette situation de relative concurrence ne profite pas aux savants : nous avons tous déjà pu constater que tel ou tel article mythique était en fait parfaitement introuvable sur Paris, faute d’être inclus dans les bons panachages d’abonnements : les éditeurs proposent en effet souvent des abonnements institutionnels par paquets pré-conçus, ce qui peut s’apparenter à de la vente contrainte (l’université étant obligée de s’abonner à telle revue qu’elle ne voulait pas si elle veut pouvoir recevoir telle autre) et prive les universitaires de l’accès à bien des périodiques, s’ils ne sont inclus que dans ces panachages particulièrement prohibitifs ou sans intérêt (je reviendrai dans la troisième partie sur le cas particulier du « Gold Open Access »). Dans de tels cas, la BNF est bien souvent l’ultime recours du chercheur parisien… si un confrère charitable (l’auteur lui-même le plus souvent) ne met pas le texte à sa disposition selon des moyens plus ou moins légaux. On notera au passage que cela implique que les auteurs doivent eux-mêmes devenir des pirates pour diffuser leur œuvre, la « propriété intellectuelle » étant ici l’apanage d’éditeurs ne remplissant parfois que fort modérément le rôle de diffusion pour lequel on se tourne normalement vers eux.

 

Revues en Open Access

 

Les choses changent si l’on se tourne vers les revues en ligne en accès libre. Le Directory of Open Access Journals recense plusieurs centaines de revues de linguistique en accès libre. Sachant que n’entre pas qui veut dans cette base, on peut raisonnablement affirmer que ce ne sont pas des fanzines; même s’il s’agit souvent de working papers articulés autour d’un laboratoire ou d’une université, comme le fait à sa manière notre groupe de travail, il y a là un effet de masse considérable. Et surtout, ces toutes dernières années, plusieurs revues intégralement en lignes se sont imposées comme des acteurs incontournables dans leurs domaines respectifs : Semantics & Pragmatics, Biolinguistics, dans une moindre mesure Linguistik Online ou Philologie im Netz. On peut sérieusement penser que le système de l’ERIH tord les données en faveur des grands éditeurs, et qu’aujourd’hui, en termes d’impact objectif et de qualité éditoriale, ces nouvelles revues en Open Access sont parmi les meilleures du monde. Les prochains classements de l’ERIH, s’ils voient le jour, devraient conforter cette explosion qualitative et quantitative de l’Open Access, sous peine de perdre ce qui leur reste de crédibilité.

Ces revues sont généralement totalement en ligne, ce qui permet d’éviter les frais d’impression. Leur gestion scientifique est intégralement assurée par des chercheurs… exactement comme pour les revues payantes. Les outils contemporains de gestion de contenus en ligne, notamment l’Open Journal Systems édité et maintenu (sous licence libre) par le Public Knowledge Project, permettent de superviser l’intégralité du processus sans passer par une maison d’édition. Des bases comme le DOAJ ou un portail comme revues.org (où toutes les revues ne sont pas en Open Access!) permettent de s’y retrouver, indépendamment du fait que ces revues peuvent être crawlées par les moteurs de recherche, ce qui leur permet de se placer assez haut dans les résultats de recherches « aveugles » de chercheurs en quête de références bibliographiques.

***

Logo international de l'Open Access

Logo international de l’Open Access

1.2. Livres

C’est pour l’édition des livres (monographies et volumes collectifs) que la situation oligopolistique est la plus spectaculaire. La domination de John Benjamins et Mouton / De Gruyter y est éclatante. Prenons à nouveau un échantillon qui, à défaut d’être représentatif, permette un coup de sonde intéressant. Si l’on fait une recherche avancée sur la catalogue de la BNF en indiquant « linguistique » dans « Sujets / Thèmes / Genres » et que l’on donne des noms d’éditeurs sous « données éditoriales », on obtient 1073 résultats pour (John) Benjamins et 711 pour De Gruyter, auxquels il faut ajouter 170 ouvrages acquis avant l’apparition du nom de De Gruyter à la suite de celui de Mouton, et 140 pour Akademie-Verlag/Oldenbourg, éditeur est-allemand racheté depuis par Mouton de Gruyter, qui continue à utiliser la marque. A titre de comparaison, Cambridge University Press est troisième avec… 525 résultats, devant Oxford (476). Au-dessus de 200, on trouve des éditeurs aidés par leur grand nombre de publications francophones et/ou en linguistique française et romane, comme G. Narr (210) et surtout Peeters (270). Les autres éditeurs sont réduits à la portion congrue, et la faiblesse de Springer (92) ou la quasi-disparition d’Elsevier (29!) peuvent surprendre.

Restent deux cas particuliers : Peter Lang (589) et L’Harmattan (1039!). Je préfère les exclure du décompte pour des raisons éditoriales sur lesquelles je reviendrai dans la deuxième partie et qu’on peut résumer au contrôle éditorial limité pratiqué par ces éditeurs, dont les prix ne sont également pas ceux de Benjamins ou De Gruyter, ce que compense un recours aux subventions de publication extrêmement poussé, y compris pour les critères déjà hauts de l’édition scientifique.

S’agissant de l’Open Access, le tableau y est beaucoup plus noir que pour les revues. D’une part, dans leur écrasante majorité, ces éditeurs pratiquent des prix prohibitifs en se fondant sur les faibles tirages. L’argument est tout à fait discutable, puisque de leur propre aveu, l’essentiel des exemplaires imprimés le sont au titre des abonnements (c’est une raison hautement pragmatique au fait que les éditeurs scientifiques publient essentiellement voire exclusivement par collections) et que passé un contingent minime, toutes les impressions se font en réalité à la demande, c’est-à-dire après commande par le lecteur. Les stocks à gérer sont donc minimes. Surtout, l’impression à la demande est pratiquée par d’autres éditeurs comme Language Science Press (cf. 3e partie) à des prix n’ayant rien à voir (149, 95 € pour une grammaire du Tundra Nenets de 500 pages chez De Gruyter, 30,77€ pour une grammaire du Pite Saami de 297 pages chez LangSciPress, soit approximativement 30 ct la page chez De Gruyter contre 10 ct chez LangSci Press). L’Harmattan et Peter Lang, justement, pratiquent également des prix plus bas (94 € pour une grammaire du Zoulei de 421 p. chez Lang, soit 22ct. la page, 24€ pour une grammaire du Xokleng de 250 p. chez L’Harmattan, ce qui nous amène à un prix par page équivalent à LangSciPress). De plus, les versions numériques des ouvrages publiés chez les grands éditeurs sont généralement en vente à un prix proche de celui du texte imprimé (vire à un prix rigoureusement identique chez De Gruyter). L’argument du faible tirage ne tient donc pas.

À titre indicatif, le profit opérationnel d’Elsevier, depuis 2010 (et donc concomitamment à la campagne de boycott, qui persiste), se situe entre 36 et 39 % selon les années, à comparer aux 12 % de BMW, réputé être un des constructeurs automobiles les plus rentables au monde. Les chiffres sont les mêmes pour Springer ou Wiley-Blackwell. Même si ces acteurs ne sont pas si importants dans le domaine du livre en linguistique et si les résultats de De Gruyter sont très durs à trouver et que ceux de Benjamins, qui appartient encore aux enfants du fondateur, ne sont pas publics, on peut penser que les marges de ces éditeurs scientifiques sont plus que confortables et que le prix de vente qui nous empêche souvent d’accéder aux ouvrages n’y est pas étranger.

Dans la suite de ce petit exposé, nous allons « faire fonctionner » ces acteurs et étudier les modalités d’interaction avec eux.

(P.-Y. M.)

MàJ 11/11/2014: Rue89 vient de publier un article intéressant sur ce sujet et l’attitude des institutions face aux grands éditeurs, ici.

P.-Y. Modicom

Docteur en linguistique allemande

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.