L’édition scientifique en linguistique (2): faire publier sa thèse

Suite de notre parcours de l’édition internationale en sciences du langage. La première partie est ici et la dernière, .

2. Pratiques éditoriales.

 Dans la continuité du petit exposé précédent, nous allons « faire travailler » les acteurs déjà décrits et étudier les modalités d’interaction avec eux.

2.1. Faire publier sa thèse en linguistique

 Imaginons le cas d’une jeune linguiste ayant tout juste fini son doctorat en linguistique anglaise ou générale, qu’on appellera Lol V***. Pour la linguistique française, allemande ou slave, il existe quelques petits éditeurs de niche avec qui l’échange se fait selon des modalités différentes, y compris selon l’entregent du directeur du thèse ou des membres du jury ; la demande de subvention (cf. infra) reste toutefois un impondérable.

 Lol veut faire publier sa thèse. Pour cela il lui faut un éditeur, et elle va naturellement se tourner vers les maisons qui ont publié l’essentiel des textes qu’elle a cités dans sa bibliographie : Oxford UP, Cambridge UP, Wiley-Blackwell, et bien sûr les « Big Two », Benjamins et De Gruyter. Pour ce qui est des trois premières maisons citées, l’affaire sera vite close : indépendamment du fait que Lol ne recevra vraisemblablement aucune réponse, Oxford ou Cambridge ne publient en principe pas de thèses, sauf cas exceptionnel qui ne passent de toute façon pas par une demande du jeune docteur, mais plutôt par un contact personnel direct.

 Imaginons que notre jeune linguiste ait un scrupule à se tourner directement vers les deux éditeurs légendaires.

Continuer la lecture de L’édition scientifique en linguistique (2): faire publier sa thèse

L’édition internationale en sciences du langage : un bref panorama

Paysage éditorial en linguistique et enjeux de l’Open Access (1)

Communication discutée lors de l’atelier du 23 octobre. La suite (très largement développée par rapport à la communication du 23), est ici et .

 Dans le contexte actuel en France et plus encore l’international, publier (le verbe est alors généralement employé sans complément) fait figure d’impératif pour les chercheurs, et notamment pour ceux d’entre eux qui n’ont pas d’emploi fixe dans le monde de la recherche. Plus généralement et pour qui voudrait concevoir sa pratique en-dehors de son cadre socio-économique, le fait est que la recherche est d’ordinaire conçue pour être diffusée, et que laisser une trace écrite publique de ses travaux est normalement l’un des moyens les plus simples et les plus naturels d’y parvenir. Dans la mesure où pour l’instant les chercheurs ne sont que très rarement leurs propres éditeurs (et imprimeurs si l’on se place dans le cas d’une édition papier), il importe donc d’avoir une vue rapide du paysage éditorial dans lequel on souhaite évoluer, mais également de ses problèmes, de ses perspectives d’avenir… et d’autres options possibles. C’est l’objet de ce qui va suivre. Je commencerai par présenter rapidement les forces en présence, avant de présenter un cas particulier plus directement pertinent pour des jeunes linguistes (la publication d’une thèse en sciences du langage). La troisième partie sera plus polémique et centrée sur la question de l’Open Access.

Continuer la lecture de L’édition internationale en sciences du langage : un bref panorama

Dialogues Interlinguistiques

Le numéro 2014 d’ELIS est en phase de bouclage. En attendant, nous mettons à votre disposition les dernières « pépites » de nos archives, à savoir les articles parus sous le label Dialogues Interlinguistiques, le projet dont procède au départ ELIS.

Ces textes sont parus à partir de 2008 et sont accessibles sur HAL-SHS. Bonne lecture!

Continuer la lecture de Dialogues Interlinguistiques

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search